_edited.jpg
body copy.png

Les Bienfaits du Shiatsu

body copy.png

La pratique du Shiatsu (terme japonais signifiant "pression des doigts") est une discipline énergétique manuelle inspirée de la médecine traditionnelle chinoise. Elle utilise les principes du Yin et du Yang, des 5 éléments et des trajets de l’énergie qui suivent les méridiens d’acupuncture. ​

Reconnu médecine officielle au Japon, le Shiatsu permet de rétablir la circulation de l'énergie (Qi) dans le corps humain.

Il consiste en un enchaînement de pressions rythmées sur l’ensemble du corps le long des méridiens au travers desquels circule l'énergie, qui permet d'éliminer les déséquilibres énergétiques, de libèrer des tensions emmagasinées et de stimuler le bon fonctionnement de certains organes, procurant ainsi une détente et une profonde sensation de bien-être.

Art conjugué de l’écoute, du toucher et de l’approche corporelle bienveillante, le Shiatsu aborde l’individu dans sa globalité. Une méthode thérapeutique naturelle s’inscrivant dans le domaine de la prévention et une pratique de santé étonnante.

Le shiatsu s'adresse à tous, quel que soit l'âge, désirant maintenir ou développer un niveau optimal de bien-être, physique, psychique

et émotionnel. En cas de pathologie, un avis du corps médical doit être demandé.

Les Bienfaits du Shiatsu

​Le praticien shiatsu va amener son patient à avoir une meilleure connaissance de son corps et à être plus à l'écoute de soi.

Une séance dure environ 1 heure. La personne reste habillée, en tenue souple, allongée sur un tatami.​

Souvent des effets bénéfiques sont ressentis après la premier traitement, mais une série de séances peut être nécessaire pour rétablir un changement significatif. Le rythme des séances évolue en fonction des progrès ressentis, et peut ainsi passer d'une séance hebdomadaire à une séance bimensuelle puis mensuelle. 

kisspng-computer-icons-person-active-shooter-5b0e7f8cedd241_edited.png
kisspng-mental-health-body-therapy-psychotherapist-thinking-icon-png-5ab08621b460d6_edited
pngtree-heart-vector-icon-png-image_355895_edited.png
  • Apporte une détente physique et psychique, contribuant à apaiser le mental et améliorer le mieux-être ;

acupuncture-visage.jpg

  • Libère le stress, les tensions musculaires, articulaires et les douleurs du dos ;

 

  • Améliore l'équilibre nerveux : sommeil, humeur, anxiété, nervosité, dépression, fatigue, digestion ;

  • Soulage les troubles respiratoires et émotionnels ;

  • Stimule et renforce le système d’autodéfense de l’organisme (appareils circulatoire, digestif et endocrinien) ainsi que les liquides organiques (sang, lymphe, liquide céphalo-rachidien..) ;

 

  •  Équilibre le système énergétique dans sa globalité.

Après un cycle de séance complet et afin que les effets bénéfiques du Shiatsu perdurent dans le temps, il est conseillé d’en recevoir un par mois ou à chaque changement de saison, ou encore lorsque le besoin s'en fait ressentir.

Le shiatsu, en tant que thérapie manuelle d'origine japonaise, entre dans la catégorie des médecines traditionnelles citées par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Le shiatsu est l'une des huit approches complémentaires citées dans la résolution du Parlement européen en 1997, en tant que "médecine non conventionnelle digne d'intérêt". 

illustration-cuerpozen-shiatsu3.jpg

L'Histoire du Shiatsu

Selon la tradition, l'Inde aurait été le berceau de toutes les disciplines corporelles de bien-être.

Enseignées par des moines bouddhistes, ces techniques se propagèrent d'un côté vers la Birmanie, le Cambodge, le Laos et la Thaïlande, de l'autre vers la Chine où elles se modifièrent sous l'influence conjuguée du Taoïsme et du Confucianisme.

Le Shiatsu s'inscrit dans la filière particulièrement riche des techniques manuelles pratiquées depuis des millénaires en Extrême Orient, mais son histoire est récente et le lieu précis de sa naissance est le Japon.

Dans ce pays, la plus ancienne des techniques manuelles est nommée TEATE (mains dessus) et elle est mentionnée dans un texte datant de 2.000 ans. Entre les années 710/794, il adopta sous le terme de Kampo, le système médical chinois, qui utilisait les massages (AN-MO et TUINA), l’acupuncture, la moxibustion et la pharmacopée chinoise. ​

Au fil du temps, la technique manuelle chinoise, devint japonaise (Anma) et connut son apogée à l'époque EDO (1616-1867). Dans le livre Ampuku Zukai, écrit en 1827 par Shinsai Ota, sont décrits les premiers protocoles de pressions, fondateurs du Shiatsu actuel.

À partir de 1868, la médecine occidentale fut imposée et les disciplines manuelles de prévention d’un état de bien être par des vibrations, percussions et étirements perdirent de leur importance, au profit de techniques curatives comme la chiropraxie, l’ostéopathie et les « massages occidentaux ».

shutterstock_74996473.jpg

L'Anma devint une spécialité pratiquement réservée aux non-voyants, qui œuvraient sous la protection d’un diplôme d’Etat. En parallèle, se développait une pratique appelée SHIATSU en raison de la différence des résultats obtenus par la pression des doigts à la place des massages. Le mot Shiatsu apparut la première fois dans le livre Shiatsu Ryoho, publié en 1939, sous la signature de Tenpeki Tamai.

La première clinique à utiliser un protocole Shiatsu fut ouverte par Tokujiro Namikoshi en 1925 et, en 1940, il ouvrit la première école de formation de praticiens en Shiatsu. Sous son impulsion, en sa qualité de dirigeant de l’Association Japonaise de Shiatsu, le Ministère japonais de la Santé, reconnut officiellement le SHIATSU en 1955.

En 1970, le Shiatsu fit son apparition en France grâce à des Maîtres comme Y. Kawada, T. Kagotani, R. Tokuda, H. Izumo et quelques autres, sans oublier des stages ponctuels animés par des personnalités prestigieuses comme Toru Namikoshi, S. Masunaga et W. Ohashi. ​

 

En 1997, le Shiatsu a été reconnu par l’Union européenne 

comme l’une des 10 médecines complémentaires les plus bénéfiques pour la santé

Le Sei Shiatsu Dô
 Voie du Shiatsu Sincère

Enraciné dans la tradition martiale japonaise, le Sei Shiatsu Dô s'inscrit dans la filiation de l'enseignement de Maître OKUYAMA au sein de son Ecole martiale et médicale HAKKO RYU (école de la Huitième Lumière).

Ce style a été développé par Bernard Bouheret, kinésithérapeute et Shiatsushi, et enseigné à l'Ecole de Shiatsu Thérapeutique à Paris. Après 25 ans de pratique intensive en cabinet, il développe un nouveau Shiatsu enrichi de techniques subtiles, retrouvant ainsi les racines Taoïstes très proches du Shintoïsme japonais.

Cette nouvelle orientation est alors nommée Sei Shiatsu Dô, la voie du Shiatsu sincère, dans lequel l’ouverture du cœur est essentielle.

La base martiale n’est pas oubliée loin s'en faut, mais un nouveau canal énergétique nourrit la pratique, celui de l'ouverture du coeur.

Le praticien, constamment entre Ciel et Terre, sait qu’il travaille avec une force qui le dépasse.

Il sait aussi oublier sa volonté propre pour n’œuvrer qu’avec l’intention juste : le Sei Shiatsu alterne entre subtilité et profondeur, enracinement et légèreté, entre rythme, mouvement et silence.

Image de Tim Foster

Le QI

QI
Souffle, Energie Vitale, Force de Vie ...

Le Qi (Chi ou Ki) possède différentes caractéristiques dont l’une des plus fondamentales est le mouvement.

Selon les anciens, le Qi est en activité et en mouvement constants. Par ailleurs nous savons que le Qi possède deux tendances spécifiques que la tradition chinoise appela Yin et Yang.

L’un est un Qi lourd, massif, dense, calme, c’est le Yin Qi, l’autre est un Qi léger, subtil, peu dense, dynamique, c’est le Yang Qi. C’est de l’interaction et de la confrontation de ces deux principes contraires que surgit le mouvement, l’échange, la communication, la transformation.

 

De cette contradiction entre Yin et Yang naissent divers types de mouvements complémentaires : condensation/dispersion, attraction/répulsion, inspiration/expiration, entrée/sortie, contraction/expansion, montée/descente, intériorisation/extériorisation, etc.

En médecine chinoise, on les ramène à deux couples fondamentaux qui sont à la base de la physiologie de l’organisme : la montée/descente et l’entrée/sortie.

 

Dès l’origine de la médecine chinoise, il a été souligné l’importance capitale de ces quatre dynamismes sans lesquels il ne pourrait pas y avoir de vie : « Sans sortie et entrée, alors il n’y a pas de naissance, de développement, de vigueur, de vieillesse ou de fin ; sans montée et descente, alors il n’y a pas de naissance, de développement, de transformation, de récolte et de mise en réserve. ». « Pas d’être (vivant) sans la montée, la descente, la sortie et l’entrée ». 

 

Pour évoquer les différents mouvements du Qi et leurs rôles au niveau de la physiologie nous parlons aussi de « mécanisme » du Qi. La physiologie est mouvement, la vie est mouvement. Les fonctions des méridiens et des organes sont basés sur ces mouvements.

Lorsque l'énergie circule mal ou est bloquée, apparaît alors un déséquilibre. En médecine chinoise, toute maladie ou troubles d'ordre émotionnels, psychiques ou organiques, résultent d'un déséquilibre énergétique.

 

Ils sont causés soit par des émotions qui affaiblissent le potentiel immunitaire et énergétique du corps soit par des facteurs externes (climat, virus).

Conserver ou restaurer cette énergie vitale qui nous anime telle est la vocation du Shiatsu.